Être en mode « automatique » ou en mode « veille » après une soirée arrosée ou encore une journée harassante ? On connaît bien n’est-ce pas !


 

Mais dans notre vie de tous les jours, qu’en est-il ? Quelles sont les actions que nous effectuons de manière automatique et inconsciente, sans réellement être présent dans ce que nous faisons, en étant submergé par tout un tas de pensées ? …  Comme lire, conduire, ranger, cuisiner, faire ses courses, le petit restau en famille… même voyager ! Faites vos états généraux !

Si nous constatons que nous effectuons trop de choses machinalement, ce n’est pas bon signe ! De plus, en y regardant de plus près, si nous n’éprouvons aucun plaisir, aucune joie ni aucun enthousiasme ou pire, si nous ne remarquons même pas les changements autour de nous,  c’est que nous sommes en mode automatique depuis trop longtemps ! Et par conséquent, cela  signifie que nous passons à côté de bien des choses (que nous pourrions regretter peut-être plus tard). 

 

 


Reprendre les commandes petit à petit 


 

« Plus facile à dire qu’à faire » allez-vous me dire ! C’est un peu normal puisque c’est devenu un réflexe, une (mauvaise) habitude. Mais il est possible d’apprendre, petit à petit, à déceler quand est-ce que nous sommes ailleurs, dans nos pensées, alors que nous sommes en train de faire quelque chose.

Il est vrai que nous apprenons mieux dans un climat de bienveillance mais force est des constater que nous sommes souvent extrêmement durs avec nous-même ! Si nous étions aussi dur avec notre entourage qu’avec nous-même, nous finirions certainement tout seul dans un coin ! Qui aurait envie de côtoyer un individu intolérant, sévère, exigeant voire humiliant par moment (pas moi, désolée). Si vous vous reconnaissez dans ces adjectifs ( j’espère que non ), changez vite et devenez bienveillant – avant tout – avec vous-même… ET surtout encouragez-vous au lieu de vous diminuer !

Prenons l’exemple d’une situation courante :  vous êtes en train de bricoler et hop, vous êtes amené à vous déplacer dans une autre pièce … mais pourquoi ? 

« Ah, je suis trop nul ! J’ai oublié ! J’ai oublié ce que je venais chercher !!! Ce n’est pas possible, je suis vraiment stupide ou quoi ??!! » 

Nos pensées prennent leur cours habituel et comme nous le disions plus haut, nous passons à côté de beaucoup de choses … et ici, dans cet exemple, nous perdons du temps en plus de nous malmener inconsciemment 😉 .

 

Pensez  plutôt à vous aider au lieu de vous dévaloriser systématiquement.

Considérez plutôt votre esprit, votre mental, comme un petit être fragile qui découvre la vie. Pourquoi ? Parce qu’il a tendance à faire des bêtises tout comme un jeune chiot ! Est-ce pour autant que vous lui donneriez un grand coup de pied qui l’enverrait valser à l’autre bout de la pièce, parce qu’il aurait commencé à jouer avec votre nouvelle paire de chaussures ? Je vous entends réagir : « non, bien sûr que non ! » .  Un « non » un peu plus ferme que d’habitude, avec éventuellement un os à ronger à la place, vous permettraient de sauver votre toute nouvelle acquisition. Nul besoin de vous énerver ni d’hurler ( … Bon avouons que si votre paire de « Louloutin » devait y passer, oui c’est vrai, vous pouvez hurler un petit peu quand même 😀 ) 

C’est pareil avec notre cerveau : nul besoin de s’exclamer en se traitant de toutes sortes de noms d’oiseaux et autres pires insultes. Un chiffre : 60.000 pensées par jour dont 95% identiques à celles de la veille (Impressionnant non ? J’aborde le sujet d’ailleurs dans un autre exercice). Si vous êtes en mode automatique, je vous laisse imaginer l’impact de cette répétition négative et malsaine sur vous ! Vous comprenez  maintenant toute l’importance de cette attitude bienveillante à avoir vis à vis de soi-même avant tout ?!

Quand ça arrive, faites très simplement la remarque  : «Tiens,  c’est encore cette habitude qui se manifeste.  C’est drôle à quel point elle est tenace ! Qu’elle est mignonne … mais je n’en ai plus besoin !  » 😉

 


Commencez à piloter réellement votre vie, y compris vos pensées 


 

… Mais commencez sans pression en gardant en tête ces 2 règles : 

  • Dites-vous que la perfection n’est pas de ce monde alors ne l’exigez pas de vous-même ! Soyez bienveillant et indulgent avec vous-même !
  • Prenez conscience de ce que vous faites.

 

Voici une petite astuce qui vous permettra d’apprivoiser vos pensées  😉

Quand vous serez en balade en bord de mer, en montagne ou encore dans un parc, ramassez un petit caillou. Mettez-le dans votre poche (c’est pour cela que je vous ai dit « petit » car une grosse pierre aurait été un peu encombrante).

Durant la semaine à venir, chaque fois que vous « tomberez » sur ce petit caillou dans votre poche, chaque fois que vous le « sentirez », demandez-vous si vos pensées ne sont pas ailleurs.

Si elles sont ailleurs, ramenez-les gentiment vers ce que vous faites,  sans vous faire de reproches ; il n’y a vraiment pas de quoi.

Si vos pensées suivent vos actions, félicitez-vous ! Vous vivez l’instant présent !

D’autres exercices peuvent vous aider à être plus présent  dans ce que vous faites. Si vous avez 5 minutes par jour à y consacrer, je vous recommande  « J’arrête le bavardage mental et je me mets à la méditation « soft »! ». 

Et puis n’oubliez pas, je suis là !

Bien cordialement,

Katrine Horn